Comment devenir entrepreneur de toiture à Liège ?

Toiture

Avant de créer votre propre entreprise et de deviner entrepreneur de toiture à Liège, il est essentiel de comprendre les règles de l’industrie. Qualifications indispensables, assurances obligatoires ou bien le taux de contributions à la Sécurité sociale. Vous êtes sur le point de tout savoir sur l’entrepreneuriat en toiture. 

En quoi consiste exactement la profession d’un entrepreneur de toiture ?

Le métier d’un entrepreneur de toiture consiste principalement à fabriquer, entretenir et réparer des toitures. Quotidiennement, cet ouvrier du bâtiment peut s’occuper de plusieurs tâches. Notamment la préparation du site, comme l’installation d’échafaudages et d’équipements de sécurité. Une entreprise de toiture a également pour mission d’installer les lattes sur la charpente avant la pose des matériaux pour couvrir comme les ardoises, les chaumes et les tuiles. L’installation des éléments autour du toit, tels que les gouttières, les puits de lumière, ou les raccords de cheminée fait également partie de leurs taches. Sans oublier la mise en place de l’isolation thermique ainsi que le remplacement et la réparation d’éléments de toiture comme les gouttières et les tuiles. Avant de se lancer dans le métier d’un entrepreneur de toiture à Liège, il est nécessaire pour le futur artisan de bien maîtriser les bases de la toiture comme la mise en place du toit plat

Quelles sont les qualités indispensables pour devenir entrepreneur de toiture ?

Comme toutes les industries de la construction, la carrière d’entrepreneur de toiture requiert certaines qualités de base. La condition physique est indispensable. Logiquement, la hauteur ne doit pas effrayer. Il s’agit d’une condition sine qua non, car il travaille en hauteur systématiquement. Jouant dans des positions inconfortables et en extérieur, il doit être en bonne forme physique. De plus, il peut être conduit à porter des lourdes charges. Un entrepreneur de toiture doit également avoir des connaissances techniques. Telle que le système d’installation d’un toit en pente. De ce fait, il doit d’abord être capable de lire les plans d’étage afin de suivre les instructions de l’architecte. Ensuite, l’artisan doit être en mesure de se familiariser avec la géométrie de l’espace et le dessin pour faire ses propres plans. Il est aussi important pour l’entrepreneur de se doter d’une connaissance des propriétés des matériaux tels que l’isolation et la résistance des matériaux. En outre, un artisan de toiture doit avoir de la rigueur. Le travail en hauteur peut présenter un danger. Il est essentiel qu’il comprenne et est en mesure de respecter les règles de sécurité. La toiture est indispensable à l’isolation thermique de la maison. Certes, le travail d’un artisan de toiture nécessite de la rigueur, faute de quoi l’ensemble des travaux sera compromis. 

Formalités et conditions d’exercice d’un entrepreneur de toiture

Pareillement, à toutes les professions, celle d’un artisan de toiture est réglementée. Afin de pouvoir créer sa carrière, il doit justifier de quelques qualités professionnelles. Pour ce faire, il doit être titulaire d’au moins un CAP, qui peut être obtenu dans les 2 ans suivant la sortie du collège. Voici quelques formations qui peuvent faire de vous un excellent artisan de toiture. Le Certificat d’Aptitude Professionnelle couvreur ou CAP couvreur obtenu après 2 ans de formation. Le CAP Étancheur du BTP, également remis après 2 ans. Il existe également une qualification complémentaire zinguerie acquise 1 an après le CAP. Sans oublier l’ouverture option patrimoine pour les interventions Bac Pro construites dans les 3 ans ; le Brevet de couvreur professionnel dans les 2 ans après le CAP et le Brevet Professionnel Étanchéité BTP en 2 ans de CAP. Avant que vous ne puissiez démarrer votre activité de toiture, vous devez remplir quelques formalités afin de rester en règle au regard de la loi en vigueur. Ainsi, vous devez avoir une bonne réputation. Votre dossier juridique ne doit pas vous interdire d’exercer ce métier. Lorsque vous vous inscrivez au programme de travail indépendant, vous devez également remplir une déclaration sur l’honneur afin de le prouver. Concernant les capacités professionnelles, vous devez acquérir quelques habilitations en fonction des activités que vous réalisez quotidiennement. À titre d’illustration, une habilitation est requise pour l’installation d’un échafaudage. De même que pour l’utilisation d’une plate-forme élévatrice où effectuer des travaux d’installation électrique. Sachez aussi que votre activité est perçue comme non-sédentaire quand vous ne travaillez pas seulement dans la ville de localisation de votre entreprise. Ainsi, vous devez contacter votre CMA pour l’obtention d’une carte d’artisan itinérant. Elle est valable 4 ans et est renouvelable. 

Les assurances et règles de l’industrie de toiture

Bien que les artisans de toiture bénéficient du régime simplifié, ils sont obligés de s’assurer. Cela concerne en particulier l’industrie de la construction, et donc aussi l’industrie des couvreurs indépendants. Comme assurance, il doit se doter d’une garantie décennale. Cela est nécessaire, car cette garantie entrera en jeu afin de couvrir les frais engagés. Elle est valable 10 ans après le terme du projet. La seconde assurance est celle de la RC Pro. C’est une responsabilité civile professionnelle qui assure la couverture des dommages corporels et matériels que vous pourriez engendrer à des tiers lors de votre activité. Enfin, l’assurance automobile dans le cas où vous useriez un véhicule à des fins professionnelles uniquement. Ainsi, vous devez contracter une assurance spéciale. En ce qui concerne les règles de l’industrie, que vous créez ou gérez votre propre entreprise, vous devez respecter les normes qui encadrent le programme. À savoir votre inscription, qui doit être faite en ligne. Votre déclaration doit être par voie électronique. Après votre inscription, vous disposez d’une durée d’un mois pour votre enregistrement au Répertoire des artisans. Concernant les charges sociales, vous devez faire l’objet d’une déclaration de chiffre d’affaires perçu mensuellement ou trimestriellement, selon vos options de déclaration. Dans ce cas, vous devrez payer la Sécurité sociale, qui est imposée à un certain pourcentage pour la revente des fournitures et la main d’œuvre. Concernant la facturation, vous devez facturer chaque service que vous effectuez. De plus, vous êtes tenu de fournir une estimation détaillée avant d’effectuer les travaux, qu’ils soient demandés par le client ou non. Enfin, pour les obligations comptables, les entrepreneurs de toiture doivent également conserver les registres d’achat et les livres numériques ou au format papier. 

Quelques conseils pour la création d’une entreprise de toiture ?

Le strict respect de la réglementation est essentiel à la gestion d’une entreprise de toiture autonome. Cependant, cela ne suffit pas pour vous démarquer des autres couvreurs et évoluer dans votre activité. C’est pourquoi il vous est conseillé de réviser ces quelques points suivants. D’abord, poursuivez la formation afin d’acquérir de nouvelles certifications et d’élargir votre champ de valeurs. Après cela, apprenez les fondamentaux de la gestion d’entreprise. Développez par la suite des services-conseils pour aider les clients à faire des choix dans les solutions d’isolation, matériaux de couverture ou bien d’autres encore. Ensuite, optez pour le mode de facturation de vos fournitures : commission de revente ou paiement. Entretenez aussi des coopérations avec les autres artisans comme les charpentiers, les architectes et les menuisiers pour obtenir des références sur les chantiers. Il vous est également conseillé de rencontrer des promoteurs immobiliers et des constructeurs pour accroître votre notoriété. Enfin, vous devez communiquer sur vos activités notamment via des supports physiques tels que les affiches, le marquage du véhicule ainsi que les numériques comme le référencement web et les catalogues professionnels. 

Conseils pour bien choisir son couvreur à Bruxelles
Professionnels du BTP : comment faire des économies sur un chantier ?